26.3.18

Sachets de lavande

Je les ai évoqués, je ne vous les ai pas montrés. Je ne suis pas sûre de les avoir tous photographiés, mais j'en ai fait une jolie série autour de Noël, pour mes armoires et pour offrir. Dans ces cas là, je les glisse dans un pochon assorti.

C'est idéal pour liquider de petites chutes de tissus colorés, dont j'ai un certain nombre dans mes armoires, qui datent de l'époque où je cousais beaucoup.

Je récupère aussi les rubans sur les emballages chics de certaines boutiques, car je leur met systématiquement un anneau de tissus : pratique pour accrocher sur les cintres... et même dans mon sac à main ou sur l'anneau des clefs. J'adore faire crisser le sachet entre mes doigts pour exhaler le parfum frais des fleurs de lavande.

Sachets lavande et pochon

Avec des chutes de tissus.

Sans titre

Avec du Wax acheté chez Toto et des rubans de boites de chocolats.

J'ai encore plein de lavande. Il y aura donc d'autres séries.

22.3.18

Rocailles

Je vous avais promis quelques rocailles.

Celles-ci traînaient depuis un moment dans ma boîte à perles.
Les deux cordes en herringbone sont un peu courtes pour faire ce que j'avais imaginé au départ, mais elles vont bien pour les porter ensemble, alignées ou torsadées, avec ou sans pendentif.
J'ai mis une bélière à l'étoile initialement prévue pour être directement raccordée à la corde, et j'ai remonté plus sobrement mon jaspe "sang de dragon", initialement intégré dans une corde en right angle wave, et qui maintenant me plaît mieux comme ça. L'avantage des perles, c'est que le jour où l'on n'a plus envie de porter un bijou, on peut toujours le remonter autrement.

Bijoux

La version précédente que je n'avais plus envie de mettre.

PICT0571

Ce qui me plaît le plus, ce sont finalement les choses les plus simples : des "perles perlées" dont j'avais vu des exemples sur le net, et que je n'avais jamais pris le temps de réaliser. La dorée, qui mêle des perles satinées et d'autres plus brillantes qui forment de fines rayures (même si ce n'est pas évident sur la photo) est assurément la plus réussie. Portée, elle fait beaucoup d'effet.

L'autre est réalisée avec la fin d'un sachet de delicas Miyuki, un mélange suggestivement nommé "arabian night".

Bijoux

On peut les glisser sur une corde en perles, ou sur sur une corde crochetée en coton fin, et même les vieilles rocailles irrégulières qui traînent au fond de ma boîte depuis pas mal d'année produisent un résultat très acceptable.

Bijoux

Comme ce sont des petits projets rapides à réaliser (une heure à une heure 30 par perle, donc parfait pour occuper une soirée où on n'a pas le temps de se consacrer à quelque chose de plus conséquent), je sens que je vais tester toute sortes de combinaisons de couleurs, et d'autres techniques (celles-ci sont en tissage peyote) pour varier les effets. Pour assortir avec toutes ses tenues d'été et aller faire la belle sur la plage, c'est impec ! Et si ça plaît à ma nièce, je lui en ferai un assortiment à ses couleurs.

Histoire à suivre donc, la prochaine fois que je retomberai dans la boîte aux perles. Là, j'ai embrayé sur de la couture.

19.3.18

Je ressors la boite de perles

De temps en temps, j'ai une envie frénétique de faire des bijoux. L'avantage, c'est qu'on peut terminer un ou plusieurs projets le temps d'un week-end, ce qui n'est pas toujours possible en couture ou en tricot.

Le responsable de ma plongée dans la boîte à perles est ce magnifique collier, offert par ma belle-sœur à Noël. Des pierres de lave taillées de manière très originale, avec au centre une perle en porcelaine peinte.

Bijoux

A la fois sobre et imposant, il va avec la plupart de mes tenues, et je l'ai énormément mis depuis qu'il m'a été offert. Mais il y a 10 jours, il s'est cassé, et toutes les perles se sont répandues sur le trottoir, devant le Tribunal de Montpellier. Heureusement, je n'étais pas seule, et nous avons pu récupérer toutes les perles sans en perdre une seule. Étonnamment, la créatrice l'avait monté sur... un fil de coton. Mais les pierres de lave, surtout dans ce format, sont très lourdes, et, même bien polies comme c'est le cas pour ces perles, le bord des trous est abrasif.

Je l'ai réassemblé sur un fil câblé (7 brins d'acier gainés dans un tube plastifié, ce qui facilite grandement l'enfilage), avec des protège-câbles au niveau du fermoir. Il ne devrait plus bouger, et je l'ai déjà remis, avec toujours autant de plaisir.

Mais d'aller traîner sur le site de Perles and Co pour acheter mes fournitures (le câble métallique que j'avais en stock était trop gros pour le trou des perles de lave) m'a donné envie de refaire des colliers...

A cette occasion, j'ai découvert une boutique que je ne connaissais pas encore à Toulouse, Stones. On y trouve essentiellement des perles gemmes et en cristal, vendue au fil (environ 40 cm), avec un choix assez phénoménal. Je me suis un peu lâchée : avec ce type de perles, on peut réaliser de très jolis bijoux, précieux et durables sans pour autant se ruiner.

J'ai continué avec les pierres de lave, que j'ai mélangées avec de l'agate noire et des quartz rutiles à inclusions de tourmaline noire, pour faire un grand sautoir à gland, qui semble très à la mode en ce moment.

Bijoux

Tout le matériel utilisé pour ce collier vient de la même boutique.

Pour l'occasion, j'ai découvert le montage sur fil de jade, appelé aussi fil chinois, qui est un fil de polyester tressé, solide et souple, très adapté pour faire des montages à nœuds, ceux qu'on utilise traditionnellement pour les colliers de perles fines. Je me suis fait expliquer comment terminer les colliers, car je ne trouvais rien sur le net. Quand on ne met pas de fermoir, comme c'est le cas des sautoirs, il suffit de faire un nœud plat, qu'on garnit au préalable d'un peu de colle à bijoux. On coupe le surplus à 3/4 mm, puis on fait fondre au briquet (flamme basse) et on travaille avec les doigts pour incorporer les surplus dans le nœud. C'est quasiment invisible, et assez propre (le gland est également accroché par un fil de jade, noué sur un anneau ouvert qui m'a permis de le raccorder au quartz, enfilé sur un clou à œillet). J'étais donc très contente de découvrir cette nouvelle technique.

J'ai monté le gland sur un mousqueton, ce qui permet de le déplacer à différents endroits du collier, qui est asymétrique, voire de le porter sur un autre collier.

Je me suis également laissée tenter par des agates colorées, que j'ai montées en collier à trois rangs. Celui là sera offert à ma Maman, ce sont ses couleurs.

Bijoux

Les grosses olives bleues sont des turquoises reconstituées (la vraie turquoise est devenue rare et très chère), montées avec quelques rondelles et perles argentée et encadrées d'agate folle, dont le bleu turquoise est magnifique. Le rang simple vert transparent est de l'agate craquelée, avec de petites perles d'hématite argentée facettées en guise d'intercalaires. Le dernier rang, plus vert et plus fin, est en chrysocolle, avec au centre quelques malachites qui me restaient d'un précédent montage réalisé pour ma belle-sœur. Le tout est monté sur le même câble d'acier gainé que j'ai utilisé pour mon collier en perles de lave. J'espère qu'il plaira à sa destinataire. L'avantage, c'est que je pourrai l'assembler autrement si elle veut des modifications.

Pour moi, j'ai aussi pris des perles de nacre, très jolies et brillantes, montées en simple rang avec pour intercalaires des hématites dorées. Simple et efficace, le rendu porté est ravissant et très léger. Parfait pour éclairer un t-shirt sombre, ou pour l'été. Le préféré de Dino dans mes derniers montages.

Bijoux

Je n'en suis pas restée là. Je suis aussi passée chez Fifi Jolipois, où j'ai trouvé les lapis lazulis ovales, que j'ai assemblées avec des hématites dorées, des perles rondes en lapis qui me restaient d'un autre montage, et des petites céramiques peintes qui dormaient dans ma boîte à perles. Léger et précieux tout à la fois. J'adore le fermoir "menottes", également trouvé chez Fifi, que j'utilisais pour la première fois. Simplissime, efficace et suffisamment costaud même pour des colliers plus lourds. Je retiens.


Bijoux

Pour finir, cette petite fantaisie est issue d'une balade sur Etsy. Chez ShopGwen, une montpelliéraine, j'ai trouvé ces mignonnes perles en métal, que j'ai assemblées avec des rocailles de ma boîte à perles. Là aussi, simple, efficace et rapide à monter.

Bijoux

J'ai aussi replongé dans les rocailles. Mais le montage des rocailles, c'est plus long... donc vous les verrez (peut-être) une prochaine fois.

20.1.18

Je vous avais promis de la couture !

Bon, ça y est, je suis retournée au boulot, qui mange tout mon temps et toute mon énergie. Même si j'aime ce que je fais, j'ai quand même un gros pincement quand, le week-end, je dois me remettre au clavier pour travailler... ce qu'en théorie je devrais être en train de faire là tout de suite. Mais vous avez été tellement sympas dans vos petits mots et mails pour saluer mon retour à la publication, fut-il sporadique, que je vole un moment pour nous offrir ce plaisir partagé.

Il fut un temps où je m'habillais presque entièrement : je devais être plus efficace... ou moins débordée par le travail. Avec les années qui passent, mon corps nécessite aussi des coupes plus sophistiquées pour masquer autant que possible les ravages de l'âge, et c'est donc un peu moins facile de choisir et d'ajuster les patrons. Le temps où une simple petite jupe droite cousue en une après-midi à partir d'un patron standard faisait tout son effet est révolue depuis longtemps.

Cependant, mon goût pour les sacs et la petite maroquinerie en tissu ne date pas d'hier. Comme ils ne nécessitent aucun essayage devant le miroir, ils peuvent aussi s'offrir, ce qui fait partie de leur charme. Moi même, j'adore en avoir plein et les renouveler régulièrement. Et puis les cogiter longuement pour qu'ils soient à la fois esthétiques et pratiques me plaît : pour l'hyperactive que je suis, ça occupe parfaitement les quelques temps morts où on ne peut pas faire grand chose d'autre, par exemple quand on est entassée dans une rame de métro tellement bondée qu'on ne peut même pas ouvrir un livre de poche. Aujourd'hui, on trouve évidemment beaucoup de patrons et tutoriels sur le net, et je n'hésite pas à m'en inspirer. Mais je les adapte toujours, peu ou prou.

Je vous avais montré ma première série de sacs en jean, inspirée justement d'images qui m'avaient alléchée sur Pinterest, où je ne cesse d'en épingler. Ils ont quasiment tous été offerts, sauf celui-ci, que j'ai gardé pour moi : j'aime le ressortir au début de l'été, comme un signal que les beaux jours sont revenus. Il est tellement grand que je peux sans problème y mettre un bouquin, un 


Quant au grand sac seau, j'ai eu le plaisir de le retrouver à l'épaule de ma belle-sœur quand nous sommes allés la voir à Noël. Il a plutôt bien tenu le coup. Le jean, c'est solide !



Depuis, j'en ai fait d'autres. En général, je choisis un ou deux jeans pour faire un sac, dont j'exploite tout le tissu en bon état. La plupart du temps, il reste des chutes, insuffisantes pour coudre un sac complet. Alors j'ai essayé d'assembler mes chutes pour les combiner dans un modèle que j'avais inventé pour moi. Je l'ai beaucoup porté, et il est très pratique, spacieux sans plomber la silhouette, fermant bien, et s'ouvrant largement pour bien voir ce qu'il y a dedans, et donc ne pas passer des heures à chercher ses affaires dedans.

J'en ai donc fait un autre, en assemblant des chutes pour former le corps du sac. Et avec une anse en cuir, trouvée à l'époque sur A Little Market dans la boutique d'une artisane française, ça lui donne tout de suite l'air "pro".

2016-12-21%2012.22.10

A l'intérieur, comme toujours une série de poches tout autour, dont une zippée en haut, et des anneaux à clefs dans les coutures latérales. Il est doublée d'une toile enduite que j'avais en stock, ce qui évite de tremper ses affaires si on prend un grain. Et la fermeture à double curseur facilite les manipulations quotidiennes.
Depuis, il est parti chez ma sœur.

2016-12-21%2012.17.23

L'an dernier, ma nièce a passé quelques jours de vacances chez moi. Elle avait un petit sac en simili, très mignon de forme, mais qui commençait à être bien fatigué. Le simili, ça ne vieillit pas toujours bien. Alors je lui ai proposé de le lui refaire en jean. J'ai récupéré tous les éléments de mercerie, qui étaient en bon état : anneaux, fermeture éclair, fermeture aimantée, et j'ai sorti un vieux jean qui attendait sagement son tour dans mes boîtes.

2016-12-28%2016.17.44

2016-12-28%2016.18.58

Au dos, j'ai remis la poche à fermeture éclair du modèle initial, dont j'ai laissé la languette en simili, en bon état.

2016-12-28%2016.18.38

A l'intérieur, j'ai remis au fond la poche zippée, et j'ai ajouté deux poches plaquées supplémentaires à l'avant : même dans un petit sac, les poches, c'est utile pour retrouver son bazar.

2016-12-28%2016.20.00

Un petit bricolage bien sympa.

Depuis, ma soeur m'apporte ses vieux sacs sur lesquels on peut récupérer des fermetures et des anneaux, des boucles de ceinture... et ses jeans usagés. Pendant les vacances de Noël de cette année, je me suis attaquée aux "cadavres" qui dormaient dans mes placards : ceux qu'elle m'avait donnés, mais aussi d'anciens sacs à moi, dont certain étaient devenus pitoyables avec le temps. Même au repos et à l'abri de la lumière, certains similis finissent par coller, ou par s'effriter de manière tout à fait étonnante. J'ai passé une soirée avec ciseaux et décout-vite en main. Après quoi, les zips sont allés faire un tour en machine dans un sac à lingerie, tandis que les pièces métalliques sont passées au lave-vaisselle, dans le bac à couverts. Tout cela est maintenant classé dans des bocaux sur mon étagère en attendant de retrouver du service sur mes prochains bricolages. Quant à moi, j'ai retrouvé de la place dans mon placard pour ranger tous mes sacs : certains traînaient piteusement dans mon bureau, certes dans leur pochon de tissus, mais lamentablement empilés devant une étagère.

Le dernier sac en jean, à date, de ma collection, n'a encore jamais été porté. C'est mon premier essai de mélange de tissus. J'ai l'intention de récidiver : je me suis fait ces derniers mois une petite collection de wax africain, qui n'a pour l'instant servi qu'à des petites pochettes, mais à laquelle je destine d'autres usages.

Ici, j'ai utilisé un tissu acheté chez Rascol dont le motif batik m'avait bien plu, pour animer un grand hobo.

Sans titre

La fermeture utilise un morceau de ceinture avec la boutonnière, et une braguette.
Sans titre

Au dos, une poche à zip (j'en mets partout), et une poche arrière de jean.
Enfin, quelques supiqûres fantaisie (j'adore jouer avec les points de ma nouvelle machine) pour replier et renforcer l'anse unique, qui reste bien évasée en bas pour qu'on puisse ouvrir le sac largement.

Sans titre

A l'intérieur, 6 poches plaquées ouvertes, deux poches zippées, et deux anneaux à clefs faits avec des passants de ceinture. Et le même tissus enduit pour imperméabiliser le tout.

Sans titre

C'est tout pour aujourd'hui, la récré n'a que trop duré, j'ai du travail qui m'attend.

La prochaine fois, je vous montrerai sans doute des trousses et ... des sachets de lavande. Ma dernière lubie, pour offrir et en mettre partout dans mes armoires et mon stock de laine. C'est juste du bonheur de plonger ma louche dans le grand sac de fleurs (1 kg de lavande, ça fait un joli volume) pour remplir mes sachets.

6.1.18

Les blocages d’avant Noël

Dire que ce blog est abandonné serait un faible mot. Mais dans une vie dont je tente de dompter le rythme effréné, acceptons l’idée qu’il ne sera alimenté qu’exceptionnellement, pour partager avec celles qui l’ont conservé dans leurs signets malgré tout... ou simplement pour moi, pour garder une trace des ouvrages réalisés, ce qui m’est souvent d’une aide précieuse pour de nouvelles conceptions.

Comme chaque année, j’ai mis un peu de laine sous le sapin : comme mon foie gras mi-cuit, c’est devenu une sorte de tradition, et il me semble que mes proches seraient déçus si j’y dérogeais.

Commençons par ceux qui sont partis en Italie.

Celui-là est une création personnelle, qui aurait pu faire l'objet d'un patron, mais Andie ne commercialisant plus son fil BFL, remplacé par le Mérinos d'Arles, tout aussi beau mais qui n'a pas exactement le même échantillon, j'ai offert ce châle à ma belle-maman. Un triangle composé de point mousse et de motifs dentelle shetland traditionnels.


Blocages de Noël

Blocages de Noël

Modèles : Création perso
Aiguilles : Circulaire Hiya Hiya - 4 mm
Fil : pure laine BFL de Renaissance Dyeing - 2 écheveaux vert clair / 1 écheveau vert soutenu (écheveaux de 100g / 366m)

Le suivant est une étole / écharpe doudou, dans des couleurs qui rappellent celles de mon "Fall in Creuse", qui avait plu à ma belle-sœur... et qui font partie de la gamme qu'elle porte régulièrement. Le succès était assuré, et elle l'a d'ailleurs porté dès le lendemain de Noël :-).

Le modèle est de Kirsten Kapur. Quand je l'ai vu sortir, j'étais jalouse de ne pas y avoir pensé : du point mousse, une construction modulaire sans couture, bref, tout à fait dans mon registre. Comme je ne suis pas rancunière pour deux sous, je ne me suis pas privée de le tricoter, en lui ajoutant ma petite touche perso pour la finition : rabattage en i-cord, dont j'aime le fini net et douillet, et qui est un compagnon habituel du point mousse chez moi. Un "tricot TV" parfait pour se relaxer, et une totale latitude pour créer son harmonie de couleur favorite, voire pour utiliser des pelotes dépareillées, pour peu qu'elles aient le même échantillon. Vous en verrez peut-être d'autres dans le futur, car c'est une valeur sûre.

Blocages de Noël

Modèles : Fort Tryon, de Kirsten Kapur (fiche en français chez Annette Petavy)
Aiguilles : Circulaire Hiya Hiya - 3,5 mm
Fil : Numéro 3 de Fonty - pure laine superwash - 150m / 50 g - 3 pelotes de vert, 1 pelote de chacune des 4 autres couleurs, soit 1050 m de fil au total pour un grand format terminé (oups, oublié de le mesurer !)

Pour finir, comme ma belle-sœur apprécie toujours mes tricots, et parce que la maîtresse de maison qui reçoit a toujours droit à un cadeau supplémentaire pour sa peine (c'est une tradition familiale), un petit châle qu'on peut enrouler de multiples façons et que j'avais envie de faire depuis longtemps : Herbivore, de Stephen West, un classique qu'on ne présente plus.

Je l'avais tricoté cet été, avec l'un des délicieux kits de mini-skeins proposés par la talentueuse teinturière Lilou, qui permettent de tricoter un petit châle dans un bel assemblage de couleurs, avec lesquelles on peut jouer de diverses manières pour les mettre en valeur selon son goût. Pour Herbivore, j'ai utilisé la pochette en bas à gauche sur la photo ci-dessous.

Sans titre

Blocages de Noël

Modèles : Herbivore, de Stephen West (en anglais, allemand ou néerlandais)
Aiguilles : Circulaire Hiya Hiya - 4 mm
Fil : Mérinos Fingering de Lilou - 5x20 g de fil, soit 100g / 400 m de fil au total.

Continuons avec les fils de Lilou : pour le kit de droite sur la photo, j'ai utilisé un modèle gratuit, le Kindness KAL Shawl de Jaala Spiro. Le mélange de couleurs est sublime, même s'il est un peu "enterré" sur la photo : la couleur centrale est plus proche de la vérité dans les photos de pelotes.

Ce petit châle a été offert à ma nièce, avec une paire de mitaines au crochet. C'est une de mes réalisations préférées de ces derniers mois. Je l'ai terminé en octobre ou novembre, et je le regardais tous les jours, tellement j'aimais les couleurs, et le modèle, tout à fait charmant. J'aurais pu le bloquer un peu plus sévèrement pour accentuer les pointes de la bordure, mais ces derniers mois, j'ai eu tellement peu de temps pour moi que les blocages ont été réalisés un peu "à l'arrache".

Blocages de Noël

Modèles : Kindness KAL Shawl de Jaala Spiro - modèle gratuit (en anglais)
Aiguilles : Circulaire Hiya Hiya - 4 mm
Fil : Mérinos Fingering de Lilou - 5x20 g de fil, soit 100g / 400 m de fil au total.


Comme je suis un peu étourdie en ce moment, j'ai oublié de photographier le châle que j'ai tricoté pour ma sœur. Un modèle simple, offert par Lynn Di Christina sur Ravelry, Edison, avec un système d'augmentation très astucieux pour réaliser un châle en demi-lune très allongé, sans utiliser de rangs raccourcis. Un seul bémol : j'aurais du le tricoter avec un fil plus élastique pour une meilleure mise en forme au blocage. J'ai utilisé 3 pelotes de Lyre, de Bouton d'Or, un fil composé majoritairement de mohair (69%), avec un mélange de laine peignée (22%), de viscose, et d'un petit fil métallique qui lui donne un joli scintillant, mais qui peut-être limite l'élasticité au blocage.

Quant à ma maman, je lui ai offert une écharpe fine comme elle les aime, crochetée depuis un certain temps, et dont je ne me suis jamais décidée à faire une fiche. Celles d'entre vous qui crochètent régulièrement n'auront cependant aucun mal à la reproduire : c'est un simple motif de feuilles, assez classique, qu'on peut facilement trouver sur le net, agrémenté d'une lisière à picots.

Son "plus" spécifique ? Elle est en cachemire :-)

Echarpe dentelle cachemire rouge


Voilà. C'est tout pour aujourd'hui.

Demain, si j'ai le courage, je vous montrerai mes dernières cousettes.

Belle et bonne année à toutes. Je vous souhaite santé, énergie et sérénité. Gardez du temps pour vous, pour exprimer votre créativité et vous ressourcer, cela nous rend plus efficace et disponible par ailleurs.

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails